A l’approche une Liberation, le sujet du vote des femmes n’apparait jamais comme une priorite absolue.

A l’approche une Liberation, le sujet du vote des femmes n’apparait jamais comme une priorite absolue.

Ainsi, elle n’est aussi nullement mentionnee dans le programme du Conseil National de la Resistance de mars 1944.

Mais les choses s’accelerent plus tard : le 18 mars, le general de Gaulle application de rencontres musicales declare devant l’Assemblee consultative provisoire que « la cure nouveau devra comporter une representation elue avec l’ensemble des hommes et l’integralite des femmes de chez nous ». Notre 25 mars, l’amendement Fernand Grenier instaurant le vote des jeunes filles est adopte a 51 voix contre 16 par une telle aussi Assemblee.

Notre 21 avril, l’article 17 de l’ordonnance du Comite francais une Liberation nationale portant via l’organisation des pouvoirs publics en France apres la Liberation dispose que « les femmes sont electrices et eligibles en memes conditions que les hommes », disposition qui sera confirmee le 5 octobre avec le Gouvernement provisoire en Republique francaise : l’actrice francaise peut voter.

C’est le 29 avril 1945 que ce droit est utilise Afin de la premiere fois, a l’occasion de pallier tour des elections municipales qui constituent par ailleurs le premier scrutin depuis J’ai Liberation. Plus de douze millions d’electrices paraissent ainsi autorisees a voter et la participation des dames est massive, limite comparable a celle des hommes.

Dans votre contexte tres marque avec les difficultes liees au rationnement mais aussi au retour des prisonniers et des deportes, alors que la guerre n’est pas encore finie et que d’autres enjeux politiques occupent naturellement les esprits, le caractere inedit du scrutin retient neanmoins l’attention. Mes actualites filmees et de nombreuses photographies montrent ainsi des francaises (anonymes ou celebres, de tous ages et de tous milieux sociaux) se presser devant les bureaux de vote, faire la queue devant l’isoloir, mais aussi voter, a l’instar des trois cliches ici etudies datant de ce 29 avril.

Largement diffusees, des images immortalisant cette participation commencent a ancrer cette (r)evolution en consciences des citoyens et des (desormais) citoyennes : a partir de votre jour, le droit de vote des femmes est bien vrai, effectif et effectue.

Analyse des images

A vote !

File d’attente devant un bureau de vote, est un cliche de Roger Schall (1904-1995), photographe de mode reconnu, qui couvre aussi des evenements une vie mondaine. Pour le jour de printemps ensoleille, la queue s’etire dans l’impasse devant l’entree du bureau de vote (au fond a gauche), le long des panneaux electoraux (a droite). La file d’attente est composee a parts egales d’hommes ainsi que femmes de tous ages.

Photographe inlassable des rues de Paris ainsi que le quotidien quotidienne de ses habitants, Albert Harlingue (1879-1963) est l’auteur de Premier vote des femmes (elections municipales) qui represente un autre moment du vote. Mes trois isoloirs ici photographies ne sont occupes que via des femmes. A gauche et a droite, derriere le rideau tire, on distingue deux paires de jambes feminines. Au centre, une jeune electrice brune reste elle beaucoup visible, de profil, occupe i  mettre le bulletin dans l’enveloppe. Peut-etre n’a-t-elle nullement totalement tire le rideau Afin de surveiller l’enfant dans sa poussette (au premier plan) qu’elle a laissee pres d’elle, devant l’isoloir.

Premier vote des dames en France donne a voir un troisieme moment, celui du vote a proprement parler. Dans un travail assez sombre (usage du flash), une dame tres elegante (manteau de fourrure, chapeau orne d’une plume et sac en crocodile) glisse le bulletin dans l’urne, concentree mais aussi legerement amusee, et cela tempere un brin la solennite de l’instant. Les trois assesseurs sont des hommes et le principal d’entre eux (au centre) fixe le photographe avec une certaine intensite.

Interpretation

Entre l’ordinaire et l’extraordinaire

Par definition, des trois cliches offrent des images inedites et inhabituelles. Mais les trois photographes semblent avoir choisi de presenter cette toute premiere fois de maniere assez sobre. Pris sur le vif, nos cliches laissent l’impression d’une paradoxale banalite : les femmes qui se deplacent pour le 29 avril 1945 accomplissent identiques actes que des hommes, qui paraissent enfin assez simples : faire la queue, passer dans l’isoloir et voter. C’est d’ailleurs votre jeu entre l’ordinaire (des gestes, de la marche a suivre) et l’extraordinaire (d’une situation et de celles qui y participent pour la premiere fois) qui donne en force a ces photographies : en obtenant ce droit, ces dames agissent finalement comme nos hommes, a egalite, rien De surcroit mais rien de moins.

Notre premiere image montre vraiment votre egalite sous l’aspect de la mixite puisque dans la queue, les hommes et les femmes seront meles, sans distinction, d’apres la definition meme de la citoyennete.

Au contraire, la scene de Premier vote des femmes (elections municipales) a manifestement ete selectionnee (mais non pas provoquee) avec Harlingue. En choisissant une composition exclusivement feminine, il suggere que l’obtention du droit de vote par ces dames n’est pas un simple detail mais a au contraire des implications bien reelles, concretes et surtout considerables. Alors que environ la moitie du corps electoral est ainsi renouvele, des lieux symboliques (l’isoloir) et des pratiques autrefois reserves a toutes les hommes se voient differemment investis, qu’il va falloir desormais apprehender sous ce nouveau jour.

J’ai presence d’electrices implique aussi parfois celle de leurs d’enfants, toute aussi inedite. Est ainsi indirectement rappele que malgre un emancipation, les femmes sont encore largement en charge des taches domestiques, qu’elles restent des meres et des epouses. De maniere assez interessante, Premier vote des femmes (elections municipales) donne justement a voir cette dualite de statut en saisissant le moment precis ou l’individu autonome (c’est-a-dire votre citoyenne) fait son panel librement, se detourant Afin de un clin d’oeil (mais gui?re totalement, le rideau n’est nullement tire) de son enfant et donc de son statut de tante.

Premier vote des jeunes femmes en France ne montre pas la mixite complete visible sur File d’attente devant un bureau de vote, lors des premieres elections auxquelles ces dames paraissent invitees a participer mais ne privilegie jamais une scene exclusivement feminine comme Premier vote des femmes (elections municipales). Ici, les hommes et l’actrice occupent le meme espace sans etre veritablement meles, se repartissant de part et d’autre d’une frontiere materialisee via la table. Meme si l’actrice pourra voter, votre sont des hommes qui tiennent le travail et qui restent via ailleurs tres largement majoritaires dans l’integralite des fonctions electives. Cependant, ces memes hommes traitent une telle electrice comme votre electeur a part entiere, s’adaptant en commode a une telle nouvelle egalite de droits.