Aujourd’hui j’ai besoin d’ecrire via une telle jalousie qui se cristallise autour en beaute des jeunes femmes.

Aujourd’hui j’ai besoin d’ecrire via une telle jalousie qui se cristallise autour en beaute des jeunes femmes.

En fait, il m’arrive de jalouser moi-meme d’autres jeunes filles belles (eh oui ! Meme moi !… ^^, en plus c’etait il n’y a gui?re si longtemps…). J’ai alors eu l’envie de me pencher legerement plus sur ce sentiment genant qu’est Notre jalousie feminine. J’ai egalement constate que l’on depeint souvent ces dames comme etant jalouses entre elles, qu’elles aiment se vouer une competition malsaine et dissimulee. Et au final, on s’arrete la. Comme si jalouser la beaute d’une autre est une partie naturelle et innee chez la femme.

J’ai jalousie feminine reste profondement banalisee.

J’ai donc voulu, au fil de Cet article, explorer quelque minimum votre sujet pour mieux le comprendre. J’y ai depose faire mes pensees et effleure certains solutions.

Avant d’aller plus loin, je tiens a preciser que j’emploie le terme « jalousie » meme s’il pourrait etre plus precis de parler d’« envie ». Au langage courant, on fera souvent l’amalgame entre ces deux termes : la jalousie etant la peur de perdre un privilege que l’on a, alors que l’envie intervient quand on desir quelque chose que nous n’avons pas. Par probleme de rendre, d’apri?s moi, la lecture de ce post plus aise, j’utilise donc le terme de jalousie, en surfant sur l’amalgame. (Mes excuses a toutes les gens tatillonnes)

Comment la societe nous rend-elle jalouse ?

L’obligation d’etre belle

Tout d’abord, on ne pourra nullement commencer a parler de la jalousie entre femmes sans evoquer l’injonction a etre belle que ressentent la plupart des femmes.

Effectivement, on apprend tres vite, en tant que jeune fille et femme, que une apparence physique est jugee severement : plus tu t’eloignes d’une « beaute » relayee dans les magazines feminins et des medias ordinairement, plus tu es disqualifiee. A contrario, plus tu te rapproches de cette norme, plus tu reponds au conte de fee que l’on te vend.L’emission Miss France, notamment, nous montre ainsi que le simple fera d’etre « belle » (pour une soeur) reste une fin en soi, 1 trophee qui vous va permettre d’etre traitee en princesse : couronne, longue robe, celebrite… (Cela ne manque plus que le prince bel !)

Etre belle donne aussi une legitimite a etre visible dans le paysage mediatique, votre dernier aussi qui faconne notre vision de l’univers. Mes professions de mannequin ou d’actrice, paraissent aureolees de gloire, et le tres bon salaire qu’elles offrent demontre insidieusement a quel point la beaute physique d’une cherie a (beaucoup) de valeur dans notre culture.

Une apparence omnipresente

Une des https://datingmentor.org/fr/rencontres-uniformes/ raisons pour laquelle la jalousie se revele a ce point autour d’une beaute physique, c’est parce que votre derniere reste omnipresente. C’est-a-dire que nous ne pouvons gui?re cacher notre apparence physique a toutes les autres, c’est une qualite qui ne est en mesure de que difficilement se derober aux regards. Claque est que l’on se trouve vite dans la posture de se jauger les unes les autres meme quand ca n’aurait pas lieu d’etre car il suffit de sortir dans l’impasse pour se comparer.

On se retrouve aussi dans une situation ou une telle competition de beaute (plus ou moins inconsciente) reste constante. Le seul endroit ou l’on puisse s’en aller etant chez soi et deconnectee de tout media.

Etre encouragee a ne pas aimer le corps

Claque de grandir dans un monde ou la beaute physique est a votre point mise en avant amene insidieusement les femmes a correler leur confiance en elle avec un capacite a ressembler au corps idealise. Et immanquablement, etre noyee d’images irreelles de jeunes femmes, n’aide en rien a accepter et apprivoiser le propre corps, celui-ci n’etant pas, (helas !) , photoshope.

Ce gouffre entre une corps organique et le corps reclame par la agence, attise et nourrit les complexes : trop grosse, trop maigre, trop petite, des points noirs, des cernes, en cellulite, des poils, 1 nez « trop ceci » et une bouche « jamais assez ceci ».

On sort alors l’artillerie lourde Afin de cacher les « imperfections » (comme ils disent…) , ainsi, du maquillage a la chirurgie esthetique, tout est en mesure de etre envisage pour ressembler a cette mannequin placardee aux arrets de bus. Et meme si l’on refuse de correspondre a cette norme cinglee, votre derniere a souvent deja beaucoup fera son travail…

S’aimer devient vite votre parcours du combattant tellement ceci semble dissident.

L’interdiction de se tomber sur belle

On en arrive a la loi tacite qui interdit aux femmes de se dire belle. En fait, dans une agence, Il semble beaucoup plus admis de se dire complexee que de se dire amoureuse de son corps. Vous pourrez essayer : penser devant votre groupe que vous vous trouvez super belle vous apportera jugements et critiques, dites ou tues (sauf si, evidemment, vous etes entourees de personnes matures et bienveillantes) . Au contraire, dire que vous etes complexee vous attirera compassion et entraide.

Avoir des complexes devient donc, d’une certaine maniere, politiquement correcte…

D’ailleurs, si l’on reprend l’exemple de l’emission Miss France (cet article n’est pas sponsorise !) , on s’apercoit que les telespectateurs aiment a juger severement nos candidates. On nos admire, mais en meme moment, on ne se prive nullement pour se moquer derriere le ecran de tele de ces jeunes demoiselles qui se revendiquent belles. Un moyen anodin de laisser aller notre frustration. Ca en devoile long concernant notre rapport a notre beaute…

Cette interdiction sociale nous incite sournoisement a rechercher une validation exterieure que l’on n’ose s’octroyer a soi-meme. On en vient a recevoir inconsciemment des autres qu’ils nous trouvent « belle » et cela nous fragilise profondement.