A la menopause, votre enzyme declencherait le stockage des graisses.

A la menopause, votre enzyme declencherait le stockage des graisses.

A la menopause, la repartition des graisses se modifie au corps des femmes: moins au sein des cuisses ou nos fesses mais plus dans l’abdomen, donnant naissance a votre que nos medecins appellent l’obesite abdominale. C’est une injustice flagrante, mais cela pourrait bientot changer. Des chercheurs americains publient dans le dernier numero d’la revue internationale Diabetes J’ai preuve, chez la souris, qu’un enzyme, la ALDH1A1, est peut-etre la cle du mys­tere. Si on retire cet enzyme chez une souris genetiquement modifiee, aussi une femelle soumise a un regime riche en graisses ne grossit gui?re. D’ou le reve de bloquer l’enzyme.

On distingue deux types d’obesite abdominale, celle qui se bien juste sous la peau, l’obesite sous-cutanee reputee moins dangereuse pour l’equilibre, et celle qui se produit sudy apk en profondeur jusqu’a l’interieur du bide, l’obesite viscerale, qui joue 1 role dans de multiples maladies, principalement le diabete, les maladies cardio-vasculaires et certains cancers (colon, sein). Avant la menopause, l’activite de l’enzyme responsable de l’obesite viscerale est freinee via des hormones feminines.

En juin soir, le Pr Jorge Plutzky et son equipe de Harvard (Etats-Unis) soulignaient aussi dans la revue Nature Medicine les implications therapeutiques de l’enzyme ALDH1A1 dans la plasticite des adipocytes, les cellules qui stockent les graisses. L’universite de l’Ohio a, quant a cette dernii?re, deja teste avec succes des cellules sans ALDH1A, inserees dans l’abdomen de souris, pour favoriser la consommation des graisses.

Peut-on extrapoler des souris a toutes les jeunes femmes? Le Dr Ouliana Ziouzenkova, professeur de nutrition a l’Universite de l’Ohio (Etats-Unis), qui dirige ces investigations, a confie le optimisme au Figaro: «D’une part, l’enzyme ALDH1A1 s’exprime une meme facon chez les femmes et chez la souris. D’autre part, les femmes qui sont obeses en possedent plus que celles qui ont votre poids normal.»

«Reduire des calories»

Car, schematiquement, l’organisme a 2 options face aux graisses que lui apporte l’alimentation: il les brule ou il nos stocke. L’equipe de Ziouzenkova a decouvert pourquoi le corps feminin brule moins des graisses a la menopause: «Avec J’ai fin du freinage de l’ALDH1A1, nos cellules adipeuses se mettent a stocker les graisses i  la place de les bruler», explique-t-elle. Pour le Dr Juliane Berdah, gynecologue, endocrino­logue et nutritionniste a Paris, c’est surtout le website de stockage qui change, nos graisses se repartissant plus volontiers au niveau de la ceinture abdominale avec l’age.

Et nos hommes? Ils fabriquent progressivement, mais encore en plus, en graisse abdominale, sous-cutanee et viscerale, avec l’age, des lors qu’ils ont une nourriture trop riche et manquent d’activite physique. Car tous les enzymes de la famille ALDH ne semblent pas neutralises, faute d‘?strogenes.

«Tout le monde cherche le medicament qui va degraisser le bide, et ces travaux sont interessants, mais il va falloir rester prudent car nous sommes la chez la souris», fait remarquer le Dr Juliane Berdah, qui rappelle que «l’activite physique permettra deja d’epurer la graisse viscerale». Autre interrogation soulevee par la professionnel: «L’ALDH1 est un enzyme qui se voit partout au sein d‘ l’organisme, on ne sait pas et cela se passera si l’on essaie de bloquer l’enzyme par rapport i  l’abdomen.»

Meme prudence du Pr Jean-Michel Lecerf, de l’Institut Pasteur et du CHRU de Lille: «Il y a beaucoup d’autres sys­temes enzymatiques, hormonaux et metaboliques impliques dans l’obesite. C’est interessant si c’est effectivement specifique de l’obesite abdominale, mais il ne faudrait nullement conclure trop vite. Pour l’instant, il faut surtout recommander de reduire les calories dans leur ensemble et d’avoir une activite physique.»

Exercice physique, atout majeur

J’ai prise de poids excessive n’est pas ineluctable. Les femmes ont 1 atout majeur, pour l’eviter: l’exercice physique regulier. «Les modifications corporelles liees a l’age paraissent evitables grace au maintien de la activite reguliere, explique le docteur Berdah. Une etude entre autres a montre que des jeunes femmes menopausees depuis dix-douze ans qui continuent a jouer au tennis paraissent plus minces et plus musclees que celles qui sont sedentaires. Elles conservent leur poids, un masse musculaire et leur silhouette. Dans cette etude, nos sedentaires ont 8 kg De surcroi®t, avec une localisation de graisse essentiellement abdominale.» Les exercices reguliere n’a pas pour seul effet d’ameliorer Notre morphologie. Cela permet de reduire le risque cardio-vasculaire, d’osteoporose, a votre effet protecteur contre le cancer du sein…